Moi, c’est un loup des Steppes

J’ai la vie devant moi et des idées derrière la tête. Mais j’ai pa trouvé l’inspiration depuis la dernière averse. Je vis avec ce que me tue et la fatigue me dupe. Mes désirs ont pris le dessus et laissent en moi d’infimes fêlures. Quand je me reveille lentamente le matin, j’attends la nuit impatiemment. Elle este comme un pansement. Y’a qu’avec elle que j’ai pas sommeil. Aucun matin ne me donne du bonheur. La caffeine comme seul moteur. J’attends le soir pour atteindre les hauteurs et dévoiler le contenu de mon coffre.

Ça va, seulement, je vous oublie si facilement. Qu’il suffit que je ferme les yeux pour voir s’effacer le monde. Je vois le soleil dès l’aube heurter le peu de ma liberté.

Je me comporte comme un Loup des Steppes. Je m’en-cloisonne pour apprivoiser mon âme parce qu’à l’extérieur tout m’ettraie. Il n’y a que vu de loin que la foule este belle. Je m’imagine parfois au milieu. En ressentant ce que ça pourrait me faire.

Mais je me comporte comme un loup des steppes. Je suis mi-loup, mi-homme.

Mon cœur est un pendula qui oscille entre une crainte et un désir. Lorsque tu sors la nuit, je suis certainement en train d’écrire.

Je vois ma vie comme une phrase interrompre. Pendant des semaines et des mois. Combien de fois j’ai dit “Aidez-moi?” Le plus dur c’est de s’aimer soi. Mais comment dois-je faire pour me diriger vers autrui. Alors que je suis confortable chez moi?

Lorsque je voulais me faire des souvenirs, je me suis bousillé la mémoire. San rigoler, le temps m’isole. Je vis dan l’éloignement du monde qui m’environne.

Paroles – Lonepsi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s